NOTRE VISION

"La différence entre l'homme politique et l'homme d'Etat est que le premier pense à la prochaine élection et le second à la prochaine génération."

Les partis politiques actuels sont concentrés sur un unique objectif: leur survie lors de la prochaine élection. Leur boussole, c'est le prochain sondage. Ils ne nous parlent plus depuis longtemps de l'évolution du monde et des changements que nous devons faire à l'échelle d'une génération, sur les 20 prochaines années. 

Développer une vision cohérente du futur est pourtant plus que jamais nécessaire, pour nous, et surtout pour nos enfants, dans un monde qui évolue toujours plus vite, un monde plein d'opportunités à saisir, de dangers à éviter.

Alors, nous proposons une nouvelle façon de faire de la politique. Partir de notre vision du monde pour former des programmes et des équipes, dans le respect de nos valeurs. 

START voit se profiler trois grandes batailles, desquelles dépendent l’avenir de l’humanité, le monde que nous laisserons à nos enfants. Et deux leviers nécessaires pour les mener à bien.

LA GUERRE POUR LA SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE

Il faut désormais un effort de guerre pour sauver la planète. C'est le premier grand combat, et le plus important de tous. Si on ne le gagne pas, tout le reste est vain. Il nous faut changer nos modes de vie, réguler l’humanité et son impact sur l’environnement. Nous sommes en train de détruire la seule planète que nous avons. Ce faisant, nous sommes en train de compromettre l'avenir de nos enfants. C'est fou.

Pourtant, des solutions existent. Ce qui manque, c'est du courage et de la vision politique, et des partis politiques qui ne dépendent pas des grands lobbies industriels...

Voici notre feuille de route:

1. En premier lieu, il nous faut abandonner les énergies fossiles, le plus rapidement possible et totalement. Leur combustion détruit la planète; et elles enrichissent les régimes rétrogrades du Golfe Persique, Arabie Saoudite en tête. Il nous faut mettre le paquet sur la recherche et l'innovation en vue de sauver la planète; au lieu de voir nos jeunes ingénieurs partir travailler dans la banque et le trading, les faire bosser à sauver la planète... Le stockage de l'énergie, et la capacité à générer de l'électricité via l'énergie solaire, ce sont les grandes clés. Si la société Tesla (voiture électrique, batteries pour maison) y parvient, pourquoi l'Europe et la France n'y arriveraient pas ?

2. Reforestation. 11 forêts primaires brûlent sous nos yeux, et nous regardons faire. Jusqu'à quand? En reboisant, nous sauverons aussi un grand nombre d'espèces animales qui sont en voie d'extinction à cause de la disparition de leur habitat.

3. Protection des océans contre la surpêche, les déchets, la pollution. A l'exemple de ce que fait l'ONG Sea Shepherd.

4. Changer nos modes de vie. Manger moins de viande, mais de la meilleure viande. Ou ne plus en manger du tout. Recycler beaucoup plus, comme le fait par exemple la ville de San Francisco. Réduire notre consommation de plastique (bouteilles, sacs, etc.); etc.

5. En parallèle changer l'agriculture, au bénéfice des agriculteurs eux-mêmes. C'est possible, comme le montrent notamment Mélanie Laurent et Cyril Dion dans "Demain Le Film".

6. Interdire la brevétisation du vivant et encadrer au niveau mondial les sociétés qui utilisent les gênes à des fins économiques. Monsanto et les autres.

7. La sauvegarde de la planète, ce n'est pas, ce n'est plus le combat de quelques hippies sur le retour. Ça ne doit plus être le pré carré d'un parti écologiste qui n'en finit pas de s'auto-saboter à cause d'une culture des égos surdimensionnée. Ça doit être le combat de toutes et de tous: les grands parents qui veulent laisser un monde habitable à leurs petits enfants; les jeunes qui veulent avoir un avenir; les plus conservateurs d'entre nous qui ne veulent plus financer la monarchie Saoudienne; les rationnels qui veulent le retour de la croissance économique...

LE COMBAT POUR LES FEMMES

Il existe un moyen pour résoudre les problèmes que posent l'explosion démographique et l'immigration de masse qui en résulte; et ce faisant, pour accélérer le développement économique, réduire la corruption... La solution est là sous nos yeux: c' est le combat pour les femmes. En France, en Europe et dans le Monde. 

Revenons au problème de l’immigration de masse, qui est un fléau pour tout le monde: les pays qui n’arrivent pas à donner du travail et une vie décente à leurs ressortissants, qui du coup émigrent en masse; les pays d’accueil comme la France qui ne parviennent plus à gérer cet afflux massif; et surtout les personnes migrantes elles-mêmes lancées sur les routes et soumises aux traficants humains, au risque de mourir en mer, aux maladies... Espérer qu’un mur règle le problème est un idée saugrenue; la dernière fois qu’on a essayé c’était en 1940 et ça n’a pas fonctionné... Plus sérieusement, le seul moyen de régler le problème c’est de s’attaquer à sa racine: l’explosion démographique de certains pays. Pour ce faire, un moyen et un seul: l’éducation, l’émancipation des femmes. Au Bangladesh, pays majoritairement musulman, le taux de natalité est passé de 5,5 enfants par femme à 2,2 enfants par femme, en 15 ans. Comment? Le pays a misé sur les femmes: éducation des filles, planning familial, liberté de choix des femmes défendue par la loi... C'est possible! A nous d'aider les pays en voie de développement à s'engager sur la voie qu'a prise le Bangladesh. Nous pouvons les y inciter via notre politique d'aide au développement, qu'il nous faut totalement recentrer et fortement augmenter en la basant sur ce combat pour les femmes. En plus de régler le problème migratoire, une telle politique apportera davantage de développement économique, moins de corruption, etc. Alors, qu’est ce qu’on attend?

Plus près de nous, l'égalité entre hommes et femmes amènera plus de croissance économique. Ce n'est pas START qui le dit, c'est le très sérieux cabinet de conseil McKinsey... Chez nous, ce combat pour les femmes prendra plusieurs formes: pénaliser les insultes sexistes et les agressions physiques dont sont victimes tellement de femmes au quotidien et que ni la Police ni le Parquet ne prennent au sérieux; refonder la représentation nationale (comme évoqué précédemment); instaurer des quotas progressifs de présence de femmes dans les grands organes de décision des entreprises et des organismes publics.

LA LUTTE CONTRE LES GRANDES INÉGALITÉS

Le problème, ce ne sont pas les riches en général. Nous souhaitons à tout le monde de devenir riche si tel est votre but dans la vie: l’argent ne fait pas le bonheur, mais il peut y contribuer. Si vous êtes riche, tant mieux pour vous. Et même, si vous êtes riche parce que vous avez crée de la valeur pour la Société, que vous avez crée des emplois en France et en Europe, que vous avez contribué à la redistribution des richesses en vous acquittant de vos impôts, alors de tout coeur bravo et merci à vous. 

Le vrai problème, auquel nous nous attaquerons, ce sont les tricheurs de tout poil, entreprises et particuliers, ainsi que le système et les lois qui leur permettent de tricher. L'évasion fiscale . Les grandes entreprises qui s'arrangent pour ne pas payer d'impôts. Et bien-sûr les paradis fiscaux. Pour cela, il faut un Etat fort en France comme en Europe, indépendant et impartial, garant de l’intérêt général, qui parte en guerre contre les grandes inégalités et les paradis fiscaux, en commençant par modifier la loi au niveau européen pour éviter que les grandes entreprises faisant du business en Europe ne puissent utiliser des lois locales ou des vides juridiques qui après des montages complexes leur permettent de ne pas payer d’impôt, ou très peu..

Un exemple parmi tant d'autres: Apple qui paie des impôts ridiculement bas en Irlande (mais pas en France, ni nulle part ailleurs en Europe), alors que cette entreprise détient 200 milliards de dollars de cash. La possibilité que laissent les lois européennes actuelles aux grands groupes de frauder l'impôt, c'est un scandale. Les députés français et européens ont le pouvoir de changer ça, mais ils ne le font pas. Alors, on va les virer (en se faisant élire) et le faire à leur place…

Quant aux Paradis Fiscaux... On les connait, on sait où ils sont, et pourtant on ne les contraint pas à cesser leurs activités qui se font au détriment de nos économies, de nos systèmes de santé, de nos enfants. Ça aussi, ça peut, ça doit et ça va changer.

Sans esprit de spoliation, il nous faut revoir entièrement nos systèmes de redistribution, nos lois et nos moyens de contrôle et de répression des tricheurs. Mais cela ne peut se faire qu'au niveau européen, et seulement si en parallèle à cela on fait le même travail de redressement du personnel politique; qui sont ils aujourd'hui pour donner des leçons de droiture à quiconque?

N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant.

Simone DE BEAUVOIR

Pour réussir à enfin relever les 3 grands défis d'avenir de l'humanité, il faut un cadre et un cap clairs et précis. En France, nous aurons besoin d'un Etat plus fort et plus simple. Rien ne sera possible sans une Europe coordonnée et cohérente et sans un partenariat logique et efficace avec l'Afrique. Et bien entendu, l'Education sera toujours la pierre angulaire de tout progrès à venir. Il est temps de prendre nos responsabilités sur ces sujets.

La France, l’Europe et l’Afrique
  • Refonder l'Europe pour en faire la Grande Europe, celle des nations, de la solidarité, de la diversité, de la laïcité, de la prospérité et de la paix. Ce géant économique, politique, démocratique et pacificateur qui s'ignore. Nous bâtirons une Europe forte mais différente du modèle existant, où les institutions sont trop loin des peuples, trop technocratiques; et que les partis existants utilisent comme "consolante" pour leurs élus en mal de rémunération ou de strapontin. Mais évidemment, l'Europe: nous avons tellement plus de choses en commun avec nos voisins européens qu'avec qui que ce soit d'autre! L'Europe c'est la paix et la prospérité. Ça peut devenir le Progrès, la Culture, le fer de lance de la sauvegarde de la Planète, le modèle de société développée! 

    En plus d’un bel idéal, cette Europe à re-créer est une nécessité: la France seule, c’est 0,92% de la population mondiale pour 3,91% du PIB mondial. L’Union Européenne, c’est 24,5% du PIB mondial et la plus grosse zone économique au monde. Si nous voulons exister, influer sur le monde, c’est au niveau de l’Europe que ça se passe. Nous commencerons pas faire élire un groupe parlementaire d’élu(e)s compétent(e)s et investi(e)s dans leur rôle au Parlement Européen, au lieu de traiter les élections Européennes comme la consolante des partis politiques existants, au lieu d’élire des gens que l’Europe n’intéresse pas et qui ne siègent souvent même pas au Parlement... Une fois le Groupe START crée au Parlement Européen, ça va déménager: harmonisation fiscale et sociale européenne, défense européenne, création d'un FBI européen en charge notamment de la lutte contre le terrorisme et les réseaux mafieux (qui sont par nature transnationaux), politique commune d'aide au développement centrée sur les droits des femmes, politique énergétique et écologique commune et ambitieuse), etc.

    Il faut choisir l'Europe, sans perdre notre identité, et en faire quelque chose de grand et de beau - ou accepter de devenir une petite chose dans le concert des nations. 
  • En France, nous pouvons aussi faire bouger les lignes et améliorer les choses en changeant nos modes de consommation en privilégiant dans cet ordre: les productions locales, puis le Made in France ("Made in Emplois"), puis le Made in Europe, puis tout le reste. En achetant juste un peu plus de productions locales ou Made in France, nous pourrions redresser notre balance commerciale, donc arrêter de créer de la dette supplémentaire. Tout en donnant des emplois à nos concitoyens, donc réduction du chômage, plus de redistribution, etc... Et le tout en polluant moins: moins de transport, et des règles éthiques et sanitaires qui sont meilleures chez nous qu'en Chine par exemple... START communiquera pour expliquer aux consommateurs et citoyens l'impact que leurs comportements d'achat peut avoir sur la société et l'économie françaises.
  • A moyen et long terme, l'Afrique représente une formidable opportunité pour l'Europe. Son dynamisme économique et sa forte expansion démographique vont en faire LE continent de la seconde moitié du 21ème siècle. L'Europe en général, et la France en particulier, ont beaucoup à gagner à accompagner l'Afrique dans sa mutation. Et beaucoup à perdre à s'en désintéresser... De par notre proximité historique, linguistique, géographique (mêmes fuseaux horaires que l'Europe), grâce aussi à nos concitoyens originaires de pays africains, nous pouvons bâtir des passerelles qui aideront l'Afrique à se moderniser et se développer, tout en aidant l'Europe à croître économiquement.
Un Etat plus fort et plus simple
  • Qui se souvient de la fameuse phrase de Lionel Jospin "l'Etat ne peut pas tout", prononcée en 1999? Cette phrase,  tellement commentée, est tout à la fois juste et fausse. Juste dans le sens où l’Etat ne peut pas, ne sait pas, ne doit pas se substituer aux entreprises. Si une entreprise va mal et perd de l’argent, l’Etat ne fera pas mieux qu’elle en la nationalisant. Ceci étant dit, cette phrase est fausse dans la mesure où beaucoup y ont vu l’impuissance de l’Etat à influer sur l’évolution de la société moderne. Selon les tenants de cette théorie, l’Etat est une chose dépassée, sans pouvoir aucun de guider, d'influencer, d'orienter l'avenir. Cette vision des choses est à la fois fausse et dangereuse. L’Etat peut énormément agir sur l’évolution du monde, des entreprises et des individus, et il le doit plus que jamais.
  • Pourquoi a-t-on plus que jamais besoin d'un Etat fort? Pour lutter contre la privatisation du monde. Pour défendre l’intérêt général contre les grandes sociétés privées et leurs lobbies toujours plus puissants, qui s’affranchissent toujours plus des règles de vie en commun. Pour définir une stratégie, créer les lois correspondantes, et contraindre les intérêts privés à s’aligner sur l’intérêt général- et pas le contraire. Un exemple parmi tant d’autres: l’Etat a interdit les ampoules à incandescence, et elles ne sont désormais plus produites ni vendues dans le commerce. Comme quoi c’est possible. Mais alors, et sachant que la première voiture hybride commercialisée en Europe fut la Toyota Prius, en 2004; pourquoi tous les taxis, voire toutes les nouvelles voitures immatriculées 12 ans plus tard ne sont elles pas toutes hybrides, voire électriques? L’Etat fait la loi, les entreprises s’adaptent à cette loi. Quand l’Etat veut, l’Etat peut...

    Intelligence artificielle, robots, immortalité, vie privée, lobbies industriels : il faut un Etat fort face aux défis de demain. Il faut un Etat veritable contre poids de lobbies très riches et très bien organisés. Il faut un Etat courageux et investi de valeurs partagées par son peuple. Sur toutes les questions éthiques et structurantes, un Etat fort garant de l'intérêt général est plus que jamais nécessaire - pour préparer l'avenir sereinement.
  • Mais alors, pourquoi un Etat plus simple? une administration agile: contrat de travail unique, tailler dans les codes divers et variés, en finir avec les services administratifs peu efficaces (less is better), avoir des ressources humaines administratives pour limiter les cohortes pléthoriques de fonctionnaires (cf le livre d'Yvan Stefanovitch)
  • Un Etat moderne avec une vision positive de l'avenir, réformé de manière constructive avec les personnes compétentes et validées par le peuple. Ces changements structurels toucheront les grands thèmes suivants: Education, Infrastructures (notamment la ville), Justice, Santé, Sécurité. L'Etat devra permettre une Redistribution efficace tout en contrôlant les flux, il sera faiseur des lois et garant de la nouvelle constitution.
L'Education moderne
  • Le problème de l'Education Nationale, c'est de ne pas savoir utiliser les bonnes solutions que certains enseignants développent sur le terrain, de ne pas savoir puiser dans l'énorme vivier de talents que représente tous ces enseignant(e)s qui font des trucs géniaux dans et avec leurs classes. Ils sont des dizaines de milliers dans ce cas, en Maternelle, au Primaire, au Collège et au Lycée. Et on ne les écoute que très, que trop peu. Tout ça, ça commence au Ministère. Nous commencerons pas réorganiser le ministère de l'éducation nationale. Pour rebâtir une équipe performante, y réintégrant une bonne partie des sortants mais pas tous; et pour remplacer une partie des mauvais, les doctrinaux, ceux enfermés dans leurs thèses depuis trop longtemps, par de nouvelles têtes venant du monde de l'éducation et qui ont fait leurs preuves sur le terrain. Penser que subsistent au Ministère des gens qui étaient déjà là quand fut imposée la méthode globale, qui a fait tant de mal pendant si longtemps à des générations entières en termes de lecture et d'écriture, c'est révoltant. 
  • « Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties aussi bien que dans les régimes totalitaires. Cette ignorance est si forte, souvent si totale, qu’on la dirait voulue par le système, sinon par le régime. J’ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l’éducation de l’enfant. Je pense qu’il faudrait des études de base, très simples, où l’enfant apprendrait qu’il existe au sein de l’univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu’il dépend de l’air, de l’eau, de tous les êtres vivants, et que la moindre erreur ou la moindre violence risque de tout détruire. Il apprendrait que les hommes se sont entretués dans des guerres qui n’ont jamais fait que produire d’autres guerres, et que chaque pays arrange son histoire, mensongèrement, de façon à flatter son orgueil. On lui apprendrait assez du passé pour qu’il se sente relié aux hommes qui l’ont précédé, pour qu’il les admire là où ils méritent de l’être, sans s’en faire des idoles, non plus que du présent ou d’un hypothétique avenir. On essaierait de le familiariser à la fois avec les livres et les choses ; il saurait le nom des plantes, il connaîtrait les animaux sans se livrer aux hideuses vivisections imposées aux enfants et aux très jeunes adolescents sous prétexte de biologie. ; il apprendrait à donner les premiers soins aux blessés ; son éducation sexuelle comprendrait la présence à un accouchement, son éducation mentale la vue des grands malades et des morts. On lui donnerait aussi les simples notions de morale sans laquelle la vie en société est impossible, instruction que les écoles élémentaires et moyennes n’osent plus donner dans ce pays. En matière de religion, on ne lui imposerait aucune pratique ou aucun dogme, mais on lui dirait quelque chose de toutes les grandes religions du monde, et surtout de celle du pays où il se trouve, pour éveiller en lui le respect et détruire d’avance certains odieux préjugés. On lui apprendrait à aimer le travail quand le travail est utile, et à ne pas se laisser prendre à l’imposture publicitaire, en commençant par celle qui lui vante des friandises plus ou moins frelatées, en lui préparant des caries et des diabètes futurs. Il y a certainement un moyen de parler aux enfants de choses véritablement importantes plus tôt qu’on ne le fait. » Marguerite Yourcenar, "Les yeux ouverts."
  • Enfin, nous développerons une vraie coordination des apprentissages au niveau Européen, ainsi qu'un classement des Grandes Ecoles et Universités européennes. Les Américains ont leur "Ivy League", avec les Harvard, Stanford, Berkeley, etc. Nous autres Européens, le jour où nous déciderons à nous voir comme le Géant que nous nous refusons à voir en nous, pourrons plus que rivaliser, avec l'INSEAD, HEC, l'Essec, Polytechnique, Centrale, mais aussi La Bocconi, la London School of Economics, Erasmus University, Oxford, etc.  

En ce moment

Demain Le Film: une bouffée d'optimisme, une fenêtre sur des solutions qui fonctionnent déjà. L'ambition de START, c'est quelque part d'accélérer les initiatives individuelles ou de collectivités locales dont il est question dans le film, en réinvestissant la politique au niveau européen.

Demain le film

Allez voir "Demain le film". Ou comment inventer un autre monde en se servant de ce qui marche déjà, dans d'autres parties du monde. Il n'est pas trop tard, il faut nous bouger - maintenant...
START, c'est un peu le pendant politique de ce film... (sachant qu'il n'existe aucun lien officiel entre l'équipe du film et l'équipe START, juste des liens de vision du monde et de valeurs)

Participer